Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

Yves Balmer

Yves Balmer est professeur d’analyse musicale au Conservatoire de Paris depuis 2008, établissement où il a parachevé sa formation en obtenant six prix entre 2000 et 2005, puis les Certificats d’aptitude de professeur d’enseignement artistique (culture musicale) et de directeur des conservatoires. Également docteur et agrégé de l’université, il a mené entre 2004 et 2018 une carrière de maître de conférences en musique et musicologie à l’École normale supérieure de Lyon. Ses recherches portent sur Olivier Messiaen et plus généralement sur la musique française au vingtième siècle. Parmi les six livres qu’il a écrits ou dirigés, mentionnons Le modèle et l’invention : Olivier Messiaen et la technique de l’emprunt (Lyon : Symétrie, 2017, 617 p., co-écrit avec Th. Lacôte et Ch. Murray, Prix spécial France Musique des muses 2018 ; Un siècle de musicologie en France (Paris : Société française de musicologie, 2018, 2 vol., 1428 p., co-dirigé avec H. Lacombe). Membre permanent de l’Institut de Recherche en Musicologie (IReMus, UMR 8223), il est également l’auteur d’une trentaine d’articles universitaires (Journal of the American Musicological SocietyTwentieth-Century Music, Revue de musicologieMusicalia…), dont l'un a été finaliste du Outstanding Publication Award décerné aux USA par la Society for Music Theory (2019)Il a été rédacteur en chef de la Revue de musicologie et co-dirige une collection de livres aux presses de la Sorbonne. Outre une cinquantaine de communications dans des colloques internationaux, il a donné des conférences à l’invitation d’institutions comme le Collège de France, l’Académie de France, l’Académie de Belgique, Harvard University, Tokyo University of the Arts, The Chinese University of Hong-Kong, ou lors de sessions de perfectionnement à l’Abbaye de Royaumont. Il prépare un nouveau livre sur le Quatuor pour la fin du Temps d’Olivier Messiaen et supervise l’édition des œuvres inédites de ce compositeur. Il est notamment membre du comité exécutif de la fondation Olivier-Messiaen, membre du comité Musica Gallica (fondation Salabert), et ancien administrateur de la Société française de musicologie (2010-2019). Depuis 2018, il développe une activité de compositeur et reçoit des commandes du Trio Zeliha, du Quatuor Voce, du Quatuor Zahir, de Justin Taylor et du Consort... Ses compositions dialoguent avec un ensemble de références artistiques précises – l’univers de Pierre Soulages (Faire surgir la lumière, pour violoncelle solo, 2019), la peinture de Fabienne Verdier (Vortex-La reine de la nuit, pour percussions, 2021), la poésie d’André du Bouchet (Dans la Chaleur Vacante, huit poèmes pour soprano et piano, 2017-2019) ou celle de Philippe Jaccottet (Fragments soulevés par le vent, pour quatuor à cordes, 2020-2021, création au Suntory Hall de Tokyo le 28 octobre 2021), et tendent vers l'abstraction du son par un travail de sculpture de la résonance (Piano Material, 2018-2019). Passionné par la transcription, il a arrangé le cycle des Proses lyriques de Debussy pour quatuor à cordes et soprano, gravé par Jodie Devos et le Quatuor Voce (CD Alpha, sortie mai 2022).

 

Présentation de la conférence

 

Un nouveau regard sur la pensée rythmique de Messiaen

 

Le fonds des archives d'Yvonne Loriod et Olivier Messiaen conservé au département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France permet une plongée exceptionnelle dans l'univers créatif du compositeur du Quatuor pour la fin du Temps. A la faveur de l'analyse de quelques documents du fonds, je mettrai en évidence nombre de techniques de compositions de Messiaen, et notamment ce que j'ai appelé, avec Thomas Lacôte et Christopher Brent Murray, la technique de l'emprunt. Il s'agira de montrer comment, à partir de formules mélodiques, harmoniques ou rythmiques prélevées dans les œuvres de ses prédécesseurs ou contemporains, Messiaen compose des pans entiers de son œuvre. On montrera ainsi le devenir dans l'œuvre de Messiaen de la Sonate pour piano K. 333 de Mozart, on évaluera également les conséquences pour Messiaen de l'analyse du Sacre du printemps de Stravinsky. Le corpus de référence s'articulera principalement autour d'œuvres des années quarante, Visions de l'Amen, Cinq Rechants, Vingt Regards sur l'Enfant-Jésus, Quatuor pour la fin du Temps. Cette œuvre-clé fera également l'objet d'une présentation plus historique : l'analyse du manuscrit, des esquisses et du matériel de cette composition iconique, conservée dans les archives de Messiaen, mais qu'il n'avait jamais montré de son vivant, permet de revisiter largement l'histoire de ce chef-d'œuvre.